Daniel

==> Quand avez-vous pris contact avec Kreativ Dental ?

Fin 2013. Le docteur Péter Onody était mon interlocuteur. Il m’a rappelé deux ou trois heures après l’envoi de ma demande. Et en français ! Ça, c’est du service. J’ai été époustouflé par une telle efficacité. Je lui ai décrit mes problèmes et il m’a conseillé sur les démarches à suivre. Je l’ai cru sur parole, étant donné son degré de connaissance très pointu en dentisterie. Je n’avais pas vraiment d’appréhension particulière. La clinique accueille une clientèle européenne et je n’arrivais pas en terre inconnue.

==> Vous connaissez bien la Hongrie ?

Je travaille pour une association dont le siège est à Budapest. A force d’être dans le coin pour des événements ou des réunions, je connais bien la ville. J’aurais pu me débrouiller tout seul à ma descente d’avion mais j’ai profité avec joie de la navette transportant les patients jusqu’à la clinique. Là, j’assiste à une grande conférence en parallèle de mes rendez-vous, et ce, sans devoir solliciter les hôtels proposés vu que je suis hébergé au-sud est de la capitale. A chaque déplacement, je fais d’une pierre deux coups !

==> Quels étaient vos besoins en termes de soins dentaires ?

Deux implants posés en mai 2014 dans la mâchoire supérieure, un traitement racinaire appliqué sur une dent défaillante que les praticiens français ne voulaient pas traiter, ainsi qu’une couronne remplaçant une autre dent qui devait être extraite. Honnêtement, il n’y avait absolument pas urgence. J’étais surtout gêné par les restes de nourriture s’amoncelant dans les interstices. Le reste est tout à fait clean. Aucune infection n’a été décelée lors de la visite de contrôle pour laquelle je suis venu en Hongrie cette fois-ci.

==> La différence de prix a-t-elle été un argument important pour vous ?

Habitué à des budgets serrés, je sais, notamment dans mon activité, que l’argent ne se gaspille pas. Lorsque j’ai réclamé un devis en Alsace, la facture atteignait entre 7 et 8000 euros. Je n’en croyais pas mes yeux. C’était bien trop onéreux. En Hongrie, j’ai été gagnant sur toute la ligne. Non seulement je m’en suis sorti à – 60 %, mais en plus, la sécurité sociale française me rembourse une partie non-négligeable des 3000 euros demandés à Budapest. J’ai peut-être dû payer, allez, la moitié de ma poche.

==> De quoi inciter vos proches à faire le voyage jusqu’à Budapest ?

J’ai vanté les mérites de Kreativ Dental auprès d’une demi-douzaine de personnes. Mon entourage est au courant de la qualité et du professionnalisme de cette clinique. Les locaux sont modernes, les médecins utilisent un matériel technologiquement avancé… Quand c’est positif, on doit le dire ! Il faut déjà posséder une certaine trésorerie pour rentabiliser un bureau-réception à l’aéroport et une navette au-delà du fonctionnement de l’entreprise elle-même et du versement des salaires. Les affaires tournent, visiblement.